Test jeu vidéo
Publié le 22/09/2017 à 10h17 par Pikminouchon
Cities : Skylines
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

SIMULATION

Avec "Cities Skylines", les férus de simulation urbaine ont enfin leur "SimCity"-like sur Playstation 4 ! Ce genre de jeu était populaire sur PC dans les années 90, mais de nos jours, c'est une denrée rare qu'il convient d'apprécier à sa juste valeur... et encore plus quand il est réussi !

Au départ, vous choisissez une des 9 maps proposées : certaines plus ou moins boisées, d'autres traversées par des cours d'eau ou riches en matières premières... Activez, ou non, les options censées vous rendre la vie plus facile (argent infini, youpi !), et c'est parti, à vous les clés de la mairie ! Pas de fioritures ou de blabla, le titre de Paradox Interactive vous met d'emblée dans le bain.

Soyons franc, au démarrage, le jeu est peu engageant : pas de tutoriel et interface austère. Il va falloir se motiver car rien n'est expliqué ou presque. Quelques textes apparaissent ici ou là mais dans l'ensemble, un peu de bon sens, de pratique et de patience ne seront pas de trop.

D'abord, reliez votre ville au réseau routier adjacent, définissez les zones urbaines (habitation, commerciale et industrielle), installez les usines électriques et de traitement des eaux. Ce n'est pas toujours évident de tout saisir au départ, d'autant que l'argent peut rapidement manquer et que le temps ne passe finalement pas assez vite. Mais il faut bien reconnaître, qu'une fois compris et maîtrisé, le jeu se révèle rapidement addictif et votre ville va se développer en un éclair. Peut-être qu'un tutoriel ou un mode histoire auraient aidé ?

Avec la population croissante, les options d'aménagements vont augmenter, ainsi que votre charge : les problèmes ou désirs des habitants seront à prendre en considération rapidement mais le système d'icônes est souvent nébuleux... Par exemple, j'ai mis du temps à comprendre qu'amener l'eau aux quartiers ne suffisait pas et qu'il fallait installer, à intervalle régulier, des châteaux d'eau potable. Et des détails comme celui-là, il y en a pas mal à déduire sous peine de voir, à terme, votre population décimée par les maladies ou déserter vos rues.

Ecoles, hôpitaux, casernes de pompiers, commissariats : la liste est longue et s'allonge pour étoffer votre création, satisfaire vos citoyens et surtout attirer de nouveaux contribuables ! Car outre la gestion purement urbaine, vous allez pouvoir ajuster tout un tas de petits paramètres offrant une dimension économique à votre gestion.

Graduellement, la complexité et la richesse de l'ensemble s'accroîtra en fonction des paliers atteints (bourg, village, petite ville, mégapole...). Rapidement, il faudra agrandir les routes ou développer un système de transport urbain plus efficace : votre ville s'affinera et s'étoffera de ponts suspendus, de gares, d'aéroports... Le jeu est d'une grande richesse et la map, déjà vaste au départ, puis saturée de constructions, peut être agrandie moyennant finance pour atteindre une dimension colossale !

Dans sa logique de gestion globale, le jeu ne vous oblige heureusement pas à choisir chaque habitation ou usine : vous ne faites que "colorer" les zones que vous voulez voir occupées par chaque type de bâtiment et l'IA s'occupe de tout. Zoomer et dézoomer permettra d'observer à la loupe la vie des quartiers ou d'embrasser pleinement l'étendue de votre métropole : dans les deux cas, la PS4 mouline sans trop de problèmes la multitude de détails et les effets de lumières (cycles jour/nuit) n'oublient pas de mettre l'ensemble en valeur. Seule l'ambiance sonore est en retrait avec une omniprésence de bruitages urbains, mais la musique quasi-inexistante a au moins le mérite de ne pas taper sur le système après des heures de jeu...

Pour les plus pointilleux, "Cities : Skylines" offre enfin la possibilité d'affecter des décrets municipaux (interdiction de fumer par exemple) à certaines zones résidentielles ou commerciales : les quartiers peuvent donc être spécialisés, et rien ne vous empêche d'en dédier certains aux seuls touristes, par exemple. Cela enrichit d'autant plus le gameplay que, passé un certain cap, vous aurez l'impression d'agrandir votre cité toujours de la même façon...

Pour vous motiver ou vous inspirer, en cours de partie, vos habitants tweeteront carrément des conseils, des recommandations ou des doléances : souvent marrants et traduits en français, ils guideront parfois vos choix et peuvent vous inspirer, car la seule limite de ce jeu, c'est votre imagination !

Et la promesse est largement tenue : addictif et chronophage, proposant une réalisation solide et un terrain de jeu conséquent, "Cities : Skylines" va vous happer une fois le démarrage laborieux passé. Finalement assez facile, il vous fera comprendre que le boulot de maire n'est pas une sinécure et que, surtout, certains d'entre eux devraient carrément y jouer. A bon entendeur...
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ GRANDE LIBERTÉ DE CRÉATION

+ TERRAIN DE JEU GIGANTESQUE

+ ERGONOMIE CONSOLE BIEN PENSÉE

+ CHRONOPHAGE ET ADDICTIF
- ON TATONNE UN PEU AU DÉBUT

- INTERFACE AUSTÈRE

- MUSIQUE EN RETRAIT

- PAS DE MODE HISTOIRE OU DE TUTORIEL
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire