Critique film
Publié le 22/05/2019 à 10h10 par Kévin Aubin
Bumblebee
7,5 /10

1987. Alors qu'il est en fuite, l'Autobot Bumblebee trouve refuge dans la décharge d'une petite ville balnéaire de Californie. Il est découvert, brisé et couvert de blessures de guerre, par Charlie, une ado qui approche de ses 18 ans et cherche sa place dans le monde. Et quand elle le met en marche, elle se rend vite compte qu'il ne s'agit pas d'une voiture jaune ordinaire.

Travis Knight fait ses débuts dans le rap avant d'être engagé par le studio d'animation de Will Vinton en 1998. En 2005, le studio se renomme Laika et il en devient le PDG. A la fois animateur et producteur sur des films en stop motion tels que L'Étrange pouvoir de Norman et Les Boxtrolls, il signe sa première réalisation en 2016 avec Kubo et l'Armure magique.

En 2018, il revient avec le spin-off de "Bumblebee" qui sera son premier film en prises de vues réelles. Après le succès de la saga "Transformers" au cinéma, voici qu'un film centré sur l'un des héros, ici Bumblebee, pointe le bout de son nez. Alors que vaut ce spin-off ? En portant l'histoire dans les années 80 et en s'écartant du défouloir d'action et d'effets spéciaux estampillés Michael Bay, le réalisateur signe une belle aventure familiale. Choisir Bumblebee, l'un des personnages les plus adorés de la saga est la bonne idée, d'autant plus qu'ici le robot géant est davantage humanisé. Le réalisateur s'accorde à créer une relation humain/robot plus intime et relègue aux seconds plans tout ce qui faisait le sel de la saga. Mais ce n'est pas pour autant que le film n'offre pas son lot de rebondissements et de scènes d'action bien orchestrées. Ces scènes s'avèrent moins nombreuses mais utiles au récit et donc jamais gratuites. Le rythme est assez lancinant et le métrage prend le temps de montrer les relations entre nos deux héros avec de beaux moments intimistes où l'émotion est parfois de mise. Il respire une atmosphère "cocooning"' tout au long du film qui dénote de ce que l'on a pu connaître en tant que spectateur dans les autres films de la saga Transformers. Résultat, c'est un honnête divertissement qui nous est offert où même si le risque est minimisé, l'ensemble demeure intéressant à suivre.

Travis Knight effectue non seulement ses débuts dans la réalisation live mais aussi au sein d'un gros film de studio issu d'une franchise. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il s'en sort bien. La mise en scène sous ses allures classiques arrive à être efficace pour emporter l'adhésion du spectateur, les décors sont de très bonne facture et invitent à l'aventure, la photographie 80's volontairement faite d'imperfections donne un rendu très beau et doux dans le film et la bande-son elle aussi très 80's est parfaitement adaptée. Une réalisation de qualité avec ses quelques petits défauts dont l'on fait abstraction.

Hailee Steinfeld, remarquée dans le western True Grit des Frères Coen, tient le haut de l'affiche de cette superproduction. La jeune actrice prouve qu'elle peut porter à elle seule ce genre de film où elle est pleinement investie. L'ancien catcheur John Cena est également de la partie dans un rôle assez conventionnel où il fait le job ni plus ni moins. D'autres seconds rôles viennent compléter le casting et la plupart s'en sort plutôt bien. Mention spéciale au jeune Jorge Lendeborg Jr qui accompagne parfaitement Hailee Steinfeld.

Pour sa nouvelle réalisation, Travis Knight signe un film d'aventure fort sympathique qui fait passer un bon moment à toute la famille. Non dénué d'imperfections, le film est pourtant plaisant à regarder avec des acteurs attachants, Hailee Steinfeld et Jorge Lendeborg Jr en tête.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire