Critique film
Publié le 09/08/2018 à 12h33 par Kévin Aubin
Break
6 /10

A la suite d’un grave accident, Lucie craint de voir se briser le rêve de sa vie : devenir danseuse. Elle quitte les beaux quartiers et part en banlieue à la recherche du père qu’elle n’a jamais connu. La jeune femme y croise Vincent, un ex-danseur qui a étrangement sacrifié sa passion. Poussé par Malik, son complice de toujours, il accepte de la coacher et lui fait découvrir un nouveau style de danse, le break. Issus de deux mondes différents, Lucie et Vincent vont s’engager dans un duo passionné de danse et de sentiments.

Marc Fouchard se passionne très tôt pour le cinéma et est un autodidacte. "Personnes" est son premier court-métrage qui se voit sélectionné dans de nombreux festivals. S'en suivent bien d'autres réalisations : créations télévisuelles, publicités, courts-métrages… En 2014, son court-métrage "Les frémissements du thé" lui vaut 25 prix et près de 60 nominations dans les festivals du monde entier.

En 2018, il signe son premier long avec "Break", film de danse sur fond de comédie dramatique. Le postulat de départ est simple et on s'attend à un énième film de danse en cette période estivale propice à ce genre. Mais étonnement le film est davantage une comédie dramatique qu'un film de danse comme on l'entend. Le réalisateur utilise la danse pour s'intéresser aux rapports humains notamment entre un père et sa fille. Une idée qui malheureusement a dû mal à s'imbriquer dans ce genre de film. L'équilibre entre danse et drame n'est jamais vraiment trouvé, ce qui fait que le spectateur finit par s'y perdre. Les scènes de danse sont bien orchestrées mais pas toujours très bien amenées et surtout restent pauvres en durée. Les moments plus intimistes prennent eux parfois trop de place où les dialogues sont assez pauvres en texte. L'ensemble est rythmé mais aurait pu l'être davantage et résultat l'intérêt pour le métrage reste limité. Pourtant on sent une volonté du réalisateur d'apporter un peu d'originalité et d'asseoir sa patte artistique dans ce film de danse qui évoque la lutte des classes et la mixité sociale. Le problème est que ce qui est engagé manque de consistance et finit par être un poil trop lisse pour convaincre totalement. Reste un film de danse convenable qui permet de passer un moment de cinéma agréable.

Habitué de la caméra, Marc Fouchard filme son métrage avec complaisance mais en oublie le spectateur. La mise en scène est parfois trop entrecoupée et saccadée par des effets de caméra inutiles, les décors parisiens sont de bonne facture, la photographie est pâle et manque de vie et la bande-son est éclectique dans les musiques proposées. Une réalisation en demi-teinte pour un film qui l'est tout autant.

Sabrina Ouazani, de plus en plus remarquée au cinéma, porte le film sur ses épaules à la perfection. Investie dans son rôle de danseuse professionnelle, elle montre une nouvelle facette de son talent et prouve qu'elle a tout d'une grande. Même si ce n'est pas un grand rôle, elle le compose avec un professionnalisme à tout crin. Pour l'accompagner, le danseur devenu acteur Kevin Mischel est dans son élément. Cinégénique, il a tout pour faire un petit bout de chemin au cinéma. Novice mais impliqué, il compose avec Sabrina Ouazani un bon duo d'acteurs. On notera la première apparition cinéma de Slimane et les chorégraphies de qualité des danseurs présents dans le film.

Pour sa première réalisation, Marc Fouchard signe un film de danse qui n'en n'est pas vraiment un et qui vire davantage sur la comédie dramatique. Le résultat est maladroit même si les chorégraphies sont bonnes et les acteurs plutôt bons. Un film plaisant à regarder sans plus.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire