Test jeu vidéo
Publié le 13/09/2017 à 12h22 par Pikminouchon
Warriors All-Stars
6 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

COMBAT

Et un Musô de plus, un ! Cette année, on peut dire que Koei Tecmo et Omega Force n'ont pas manqué d'inspiration... ou plutôt, si ! Pour ce énième Dynasty Warriors-like, les développeurs japonais ont convié une trentaine de Stars vidéo-ludiques de l'écurie Koei Tecmo pour un grand Barnum. Dans ce cross-over, le contexte a peu d'importance, le décor non plus, seul compte le casting de rêve : "Les Enfoirés" version jeu-vidéo ?

Depuis le temps, vous connaissez la chanson : des héros surpuissants, un champ de bataille blindé d'ennemis clonés, des boss dans tous les sens et surtout, de la castagne à gogo. Saupoudrez le tout d'un zeste d'histoire (insipide), remuez, et vous obtenez un Musô générique. Appliquez la skin de votre choix, de préférence une licence bien juteuse (après Gundam, Berzerk et One Piece, pourquoi pas Zelda, Dragon Quest, et bientôt Fire Emblem...), et vous obtenez un jeu très fréquentable pour peu que vous ne vouliez pas vous prendre la tête.

Car ce "Warriors All-Stars" n'est pas là pour vous retourner les neurones ! Le scénario est un gentil prétexte (une histoire de dimensions qui fusionnent et d'univers à délivrer du Mal...) pour confronter au départ les héros de "Dead or Alive" (Ryu et Hayane) et de "Nioh" (William Adams) avec les monstres de la série "Toukiden" et la redoutable Sophie de... la série "Atelier" !
Au total, une bonne trentaine de personnage, mêlant avec plaisir les plus célèbres franchises du développeur mais aussi des séries plus obscures comme "Opoona", "Deception", "Haruka", "Nights of Azure" et "Samurai Cats"... Le fan de Koei Tecmo est donc servi, d'autant que chaque combattant possède ses propres attaques, directement inspirées du jeu éponyme : les persos de "Toukiden" se servent de leur main fantôme, Laegrinna peut poser des pièges comme dans "Deception IV", Honoka joue du popotin comme dans "Dead or Alive"... la liste est longue et ravira le joueur qui connait bien ses classiques.

Pour le reste, le gameplay "à trois boutons" est de retour avec, All Stars obligent, un petit mode "Fever" plutôt sympa, où vous pourrez moissonner du vilain accompagné de vos petits camarades appelés à la rescousse pour l'occasion, le tout sous un déluge de paillettes et de confettis : c'est la fiesta !
Ce genre d'attaque est toujours une bénédiction car, comme souvent, les boss sont très longs à battre (bonjour les sacs à PV !) et le bourrinage est de rigueur. Quel dommage qu'un mode multi-joueur ne soit toujours pas au programme : en solo, parcourir l'aventure et ses multiples scénarios devient rapidement redondant, d'autant que certaines histoires sont communes à plusieurs protagonistes. N'allez donc pas penser qu'il y a autant de récits que de héros, ce n'est pas le cas et, si certains sont assez fouillés (doublages, cinématiques pour les têtes d'affiche...), d'autres sont franchement expédiés à coup d'images fixes, version Visual Novel du pauvre... Pour peu que ça tombe sur votre héros préféré, vous aurez la rage !

Si le gameplay est donc très classique (avec un système d'escouade à deux personnages, complémentaires et des phases de planification...), la progression est plus originale et se base sur un système de cartes. Vous récupérerez celles-ci sur le champ de bataille et débloquerez ainsi pas mal de bonus, dont de nouveaux combattants. Dans la même idée, Koei Tecmo a crû bon de nous faire le coup des liens d'amitiés à tisser entre les personnages, histoire de déclencher des bonus d'attaque, de défense ou de soin en cours de combats pour peu que deux potes castagnent de concert. Mouais...

Techniquement, circulez y'a rien à voir : le moteur 3D, usé jusqu'à la corde, ronronne bien et mouline des millions de polygones sans sourciller. Le character design lisse l'ensemble pour que le style graphique de chaque série s'adapte à celui des autres et c'est une réussite dans l'ensemble. Mention spéciale aux effets de lumière lors des attaques spéciales : on a toujours l'impression d'être au milieu d'un feu d'artifice dévastateur et rageur. La grande force des Musô, sans aucun doute !

Reste que la formule "matraquage de boutons en solo" a peut-être fait son temps, et que les gros défauts de conceptions finissent par irriter le joueur devenu exigeant avec le temps... Ce "Warriors All-Stars" fait donc le taf, mais sans éclat et sans originalité : à réserver aux supers fans de Koei Tecmo et de ses héroïnes à fortes poitrines, donc...
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ DÉFOULANT COMME UN BON MUSÔ

+ CASTING DE FOLIE

+ BEAUCOUP DE FANTAISIE DANS LES ATTAQUES...

+ ASSEZ JOLI
- EN SOLO SEULEMENT

- TOUJOURS LES MÊMES DÉFAUTS INHÉRENTS AU GENRE...

- BIS REPETITAE, JUSQU'AU PROCHAIN MUSÔ
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire