Test jeu vidéo
Publié le 21/06/2018 à 11h37 par Pikminouchon
Sega Mega Drive Classics
5 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

AVENTURE

Attention, événement ! SEGA nous sort une énième compilation de ses vieux titres Megadrive, parfaitement émulés sur la surpuissante PS4 ! Si la nostalgie est à l'honneur avec un goût immodéré pour le rétrogaming et l'âge d'or du jeu vidéo, cela fait pourtant bien longtemps que le géniteur de la 16 bits noire et rouge nous abreuve encore et toujours de la même compil, à peine étoffée, à peine améliorée.
Au programme ? Les jeux de notre enfance, au pixel près. 53 pour être précis. Avec options rembobinage, jeu en ligne pour les titres jouables à deux (soit près d'une vingtaine), 4 slots de sauvegardes par soft et filtres graphiques inutiles. Sachez également que le "hub" de sélection des jeux se fait dans une pseudo chambre d'ado (posters gamers tout droit tirés du mensuel Mega Force, punaisés aux murs!) et que le zapping d'un jeu à l'autre, simulé sur une Megadrive et sa télé CRT d'époque, se fait très rapidement et sans aucun loading : cool !

Une cinquantaine de titres pour une trentaine d'euros... La bonne affaire, pensez-vous ? Encore faut-il que la sélection soit judicieuse car des compilations de ce genre il y en a déjà eu beaucoup par le passé...

D'emblée, certains choix surprennent, en mal.
Si on ne s'étonnera pas de compter la présence des 2 premiers Sonic, le 3ème opus (le plus populaire!) a mystérieusement disparu de la galette au profit d'un spin-off peu excitant. Premier choc !
Deuxième choc : la flopée de titres complètement dispensables et pourtant éternellement récurrents dans ce genre de pot-pourri : le fadasse Bonanza Bros, le tiédasse Fatal Labyrinth, le pas-terriblasse Crack Down... Sur la cinquantaine de titres, honnêtement, seules les séries de Sonic, Street of Rage, Phantasy Star et Golden Axe valent vraiment le détour. Rajoutez quatre pépites du studio Treasure (dont Dynamite Headdy et Gunstar Heroes pour ne pas les nommer) et vous réaliserez vite que vous ne lancerez certains titres que par simple curiosité. Ou pour montrer aux plus jeunes à quel point les jeux de l'époque pouvaient être punitifs et austères... C'est là que l'option "rembobinage" prend d'ailleurs tout son sens.

En fait, on ne peut que déplorer le manque d'implication des éditeurs tiers (complètement absents !) vis à vis de cette compilation : si on comprend que Konami ne pouvait pas exhumer pour des questions de droits les très bons Tiny Toons ou Ninja Turtles, où sont passés les fabuleuses versions Genesis de Contra Hardcops, Castlevania Bloodlines ou Rocket Knight ?! De même pour Capcom et sa version Megadrive de Street Fighter 2, se permettant à l'époque de faire une infidélité impardonnable à Nintendo (il faudra attendre l'ère Gamecube pour que Capcom revienne dans son giron, moyennant gros chèque et exclusivités temporaires) !
De même, on ne comptera plus les prestigieux absents de Virgin interactive (comme Aladdin, Earthworm Jim ou Cool Spot), voire les jeux de sports d'Electronic Arts ou de Midway (NBA Jam)... et Mortal Kombat ? Et la série des Thunder Force ?? Bah, tiens, les shoot'em up, genre omniprésent à l'époque, ont étrangement déserté cette cuvée 2018... Bizarre et peu objectif finalement.

Pour mémoire, et suite au succès de sa NES mini, rappelons que Nintendo (grand rival de SEGA à l'époque !) a parfaitement su impliquer les meilleurs éditeurs tiers lors du lancement de la Super Nes Mini (ancienne concurrente de la Megadrive) : Konami, Capcom ou SquareSoft ont été suffisamment séduits par le concept (et les royalties à la clé!) pour prêter leur plus grands hits des 90's. Comme quoi, quand on veut, on peut, SEGA, il faut juste savoir être persuasif.

Sur le papier, ce melting-pot aurait dû être la référence absolue de l'ére Megadrive : il en ressort quelques jeux excellents certes, mais aussi beaucoup de titres médiocres ou complètement dépassés. Ces antiquités démodées ne feront jamais oublier l'excellence d'un Castle of Illusion, d'un Quackshot ou d'un Moonwalker (absents eux aussi!), pourtant programmés par SEGA.

En somme, vous l'aurez compris : malgré quelques titres fondateurs et incontournables du jeu vidéo, Sega Megadrive Classics n'apporte strictement RIEN à l'avalanche de compilations similaires sorties jusqu'à présent sur tous les supports. Il entérine aussi le fait que certains excellents jeux se sont définitivement perdus dans les abysses du Copyright et qu'ils appartiennent désormais à une époque révolue. Amer constat...
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ PLUS BESOIN DE REBRANCHER SA MEGADRIVE

+ QUELQUES TITRES CULTES

+ LES OPTIONS VERSION 2018, CONFORTABLES

+ UNE POIGNÉE DE JEUX JOUABLES EN LIGNE, À DEUX

+ LA CURE DE JOUVENCE POUR LES VIEUX ROUTARDS DU JEU-VIDÉO

+ LE ZAPPING BIEN VÉLOCE...
- DU VIEUX AVEC DU VIEUX

- KONAMI, CAPCOM, VIRGIN, TECHNOSOFT ET CONSORTS AUX ABONNÉS ABSENTS

- UNE SÉLECTION À MOITIÉ FOIRÉE, DES OUBLIS IMPARDONNABLES !

- ABSENCE DES ÉDITEURS TIERS ET DES MEILLEURS JEUX À LICENCE

- MÊME PAS DE SONIC 3 ?!

- VOTRE TITRE FÉTICHE SANS DOUTE ABSENT DE LA SÉLECTION...
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire