Test jeu vidéo
Publié le 05/04/2018 à 12h08 par Pikminouchon
Kingdom Come : Deliverance
6 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

RPG

Il était une fois... Un jeu de simulation médiévale tellement ambitieux qu'il lui a fallu un petit coup de pouce participatif sur Kickstarter pour voir le jour après 4 années de gestation... Car le titre du petit studio Warhorse n'y va pas par quatre chemins : ici, point d'elfes aux oreilles pointues, de magicien barbu ou de dragons griffus! On est dans le médieval crasseux, rugueux et...authentique ! Pour vous immerger à fond dans la Bohême du XIVème siècle (aujourd'hui, une région de la république Tchèque), un travail colossal de recherches historiques a été mené par le chef de projet du jeu et son équipe de passionnés.
Même si tout ne doit pas être pris pour argent comptant, ce déluge de détails historiques sert un gameplay très profond et très complexe...au risque de perdre la pluspart des joueurs ?

Vous allez incarner Henry, le fils d'un forgeron, élevé simplement dans un paisible petit village, niché au pied d'une forteresse. Vie anodine, physique quelconque, le jeune Henry va très vite comprendre que l'oisiveté est mère de tous les vices et que la vie ne fait pas de cadeaux : le village de Skalice ne tardera pas à être rayé de la carte, vos parents itou et vous serez jeté sur les routes boueuses de Bohême, la rage au ventre et des ambitions de conquêtes pleins la tête ! Peut être trouverez-vous protection auprès d'un Noble ou un petit boulot pour survivre dans le bourg voisin ?

Pas de supers pouvoirs cachés ici, ou de destin incroyable : comme indiqué plus haut, "Kingdom Come : Deliverance" fait dans la reconstitution historique rigoureuse et réaliste, que cela concerne les batailles les plus épiques, les lieux ou personnes ayant réellement existé, mais aussi, et surtout, le mode de vie de l'époque.

Si les possibilités deviennent énormes passé le très long tutorial du jeu (souvent assommant !), il faut reconnaître que le système de menus découragera entre temps les joueurs qui ne lorgnent jamais du côté des jeux PC : l'interface est lourde, complexe, enchaînant onglets après onglets et statistiques après statistiques. Certes, le détail est à ce prix et les développeurs ont pensé à mille choses... mais avouons que cet excès d'informations et de lexiques peut faire peur aux joueurs les moins persévérants. Les plus hardcores apprécieront par contre les méandres du plus petit codex !

Il faut également apprivoiser le délicat maniement des armes : bien complexe, il offre la possibilité de diriger vos coups dans 8 directions différentes, et introduit une notion de timing (serré!), de combos et d'endurance. Si vous ajoutez le complexe équipement des protections et la gestion de la faim (qui réduit le champ de vision et l'endurance globale...), vous aurez une idée des arcanes du combat. Et n'oubliez jamais : chaque combat peut s'avérer être le dernier... Au départ fort délicat à prendre en main, ce système devient moins opaque avec le temps, même s'il ne fera pas l'unanimité.

Le combat et l'entrainement, réguliers, augmenteront bien entendu vos statistiques de combat. Et il en est de même pour tous les aspects du jeu : en tant que personnage de basse extraction, les compétences physiques et intellectuelles de Henry sont très limitées au départ. Illettré, il n'appartiendra qu'à vous de faire la démarche d'apprendre à lire et ouvrir, par là même le champ des possibles : par exemple, l'alchimie deviendra accessible de même que certaines quêtes auparavant restreintes à cause de votre analphabétisme.
Acquérir toujours plus de compétences passives seront la clef de votre apprentissage, mais il ne s'agira là que d'agrémenter votre existence et de la rendre moins rude, plus riche. N'espérez pas apprendre des coups spéciaux ou des bottes secrètes... "Kingdom Come : Deliverance" joue la carte du réalisme médiéval et de la dure condition de vie de l'époque jusqu'au bout ! Qui sait, apprendre à mieux tenir l'alcool par exemple pourrait un jour vous sauver la mise...

Techniquement, ce jusqu’au boutisme a un coût et l'envergure limitée du petit studio Warhorse n'y est pas étrangère : le jeu est perclus de petits bugs disgracieux parfois handicapant, malgré la mise à jour récente (la PS4 a planté à deux reprises !). La synchronisation labiale est catastrophique et glitch sonores sont très nombreux... Parfois même, le jeu alternera les dialogues en français et en anglais ! Une belle pagaille que le studio devrait patcher rapidement. Dommage car les personnages sont souvent très réussis (même si Henry-le-roturier a le charisme d'une moule morte...) et les extérieurs souvent bucoliques et enchanteurs. Le CryEngine montre toutefois ses limites dans les villes et villages, bien moins reussis que les forêts environnantes, où le travail d'éclairage et de transparence frise le photo-réalisme...

Ne comptez pas moins d'une cinquantaine d'heures pour vraiment commencer à apprécier le titre et ses très nombreuses possibilités : infiltration, empoisonnement des camps ennemis la nuit tombée, crochetage de serrure, pickpocketing, paris au jeu... La liste est foisonnante ! Dommage que l'on découvre certaines aptitudes ou capacités tardivement dans l'aventure, faute de didacticiel clair et progressif. La plupart des objectifs peuvent être abordés de différentes façons et il ne faut jamais perdre une occasion d'essayer de nouvelles choses pour parvenir à ses fins. La logique est souvent bonne conseillère : vous n'iriez tout de même pas négocier avec le noble du coin en guenilles tâchées de sang et empestant le purin n'est-ce-pas ?

Kingdom Come Deliverance est un RPG médiéval unique qui ne s'adresse donc clairement pas à tous les joueurs : avec son contexte historique passionnant, instructif et réaliste, il vous demandera une très forte implication et un emploi du temps suffisamment souple pour en apprécier le contenu gargantuesque, voire passer outre les divers errements techniques ou ergonomiques. Quelques mois de développement supplémentaires auraient donc été fort bienvenus, à moins que ce petit studio indé, bouffi d'orgueil et d'ambition, parvienne finalement à dompter son audacieuse et exigeante création vidéo-ludique à coup de mises à jour bien senties...
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ LES FANS D'HISTOIRE VONT JUBILER

+ DES POSSIBILITÉS GIGANTESQUES

+ L'APPROCHE SOUPLE DES QUÊTES

+ LA BOHÊME, LA BOHÊMMMMMME....
- COMPLEXE EN DIABLE

- INTRANSIGEANT ET EXIGEANT !

- LES NOTICES DÉTAILLÉES NOUS MANQUENT FINALEMENT...

- UN DÉBUT PARTICULIÈREMENT LABORIEUX ET PÉNIBLE

- DES BUGS À GOGO
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire