Test jeu vidéo
Publié le 20/10/2017 à 11h46 par Pikminouchon
Danganronpa V3 : Killing Harmony
8 /10
PLATEFORME
ÉDITEUR DU JEU VIDÉO

SIMULATION

Bonj-Ours ! Connaissez-vous Monokuma ? Il s'agit d'une "délicieuse" mascotte dont le Japon a pourtant le secret : pierre angulaire de la série "Danganronpa" initialement sortie sur PSP, cette troisième itération du Visual Novel culte arrive cette fois sur PsVita et sur PS4. La grosse nouveauté de ce jeu de massacre scénarisé et déjanté : il est intégralement traduit en français. C'est l'occasion rêvée de faire connaissance avec une brochette de personnages hauts en couleur...

Suivez donc les mésaventures de 16 lycéens très particuliers, des "Ultimes" précisément, retenus malgré eux dans une école tout à fait spéciale : l'Académie des Prodiges Condamnés ! Le dirlo, c'est Monokuma, le patriarche schizophrène, follement entouré de ses 5 rejetons tout autant dingos, les Monokumers... Ensemble, ils vont soumettre les lycéens à un jeu tout à fait sadique : s'entretuer jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que deux ! Rapidement, et sous la pression, les meurtres vont donc clairsemer les rangs et, à chaque fois, un procès sera tenu pour découvrir le ou la coupable. Objectif : démêler le vrai du faux et démasquer le tueur... Dans ce cas de figure, il passe à la casserole et le jeu poursuit son cours jusqu'au prochain meurtre ! A l'inverse, si le tueur n'est pas démasqué, c'est lui qui se sort de ce jeu macabre, les lycéens mal avisés passant alors sous le hachoir à viande : gloups !
Inutile de dire que, dans tous les cas, il va y avoir de la casse !

"Danganronpa V3" ne réinvente pas la roue (de la torture) et reprend donc les ingrédients et le gameplay qui ont fait le succès des épisodes précédents... En gros, cette histoire rocambolesque et très linéaire ressemble beaucoup à la série Phénix Wright de Capcom, le gros délire en plus ! Tout d'abord, les héros : tous plus caricaturaux les uns que les autres, sans doute en raison de leur spécialité respective : la nurse, l'entomologiste, la cosplayeuse, le despote ultime... de bien étranges cadors il faut bien l'admettre ! Pour simplifier la présentation de l'ensemble, le jeu de massacre est principalement vécu par la protagoniste que vous incarnez : la pianiste Ultime Kaede Akamatsu. C'est en effet elle qui remplace les héros de "Danganronpa 1 et 2".
Quant aux antagonistes, Monokuma en tête, ils sont maboules, autoritaires et imprévisibles, n'hésitant jamais à tordre les règles de leur propre jeu afin de parvenir à leur fin... Sous cette avalanche de gore non dénuée de fantaisie et de créativité (macabres !), les scénaristes de Spike Chunsoft ont apporté avec ces Monokumers la légèreté nécessaire pour pouvoir digérer l'escalade de violence engendrée tout au long des 6 chapitres du jeu.

Le scénario est donc palpitant et plein de rebondissements ! Difficile de spoiler l'intrigue et encore moins le final, délirant et mémorable ! Le tout n'ignore pas ses origines très manga et l'histoire très "WTF" ne plaira sans doute pas aux plus cartésiens d'entre vous... Les scénaristes ont tout donné pour surprendre le joueur, néophyte ou aguerri, MAIS la mise en place est longue jusqu'au 1er procès : sous prétexte d'installer l'ambiance et de cerner les 16 lycéens Ultimes dans leur personnalité, "Danganronpa V3" est bavard, TRÈS bavard ! La traduction française, parfaite et circonstanciée (même les panneaux et écriteaux de l'école sont traduits), fait toujours mouche mais l'héritage des Visual Novel est ici bien lourd. Bref, au départ, il faut s'accrocher un peu. Au passage, les allusions grivoises ne sont jamais édulcorées et le 4ème mur est très souvent brisé : on adore !

Comme dans les épisodes précédents, le déroulement du jeu pourra paraître linéaire et répétitif dans sa structure : meurtre, phase d'enquête et collecte d'infos avec vue à la 1ère personne, procès en règle avec dénouement (et meurtre suivant, si le coupable est débusqué).
La phase d'enquête, nécessaire et intéressante, vous demandera d'arpenter l'Académie en long en large et en travers. Collecter des indices et les infos sur la scène du meurtre seront votre lot.

Ensuite, direction le Temple du Jugement pour suivre le procès ! La patience sera ici de rigueur car le processus est très long (comptez presque 2 heures par procès !) avec une tonne d'informations à assimiler, souvent rapidement et sans trop d’ambages. Corroborer les arguments ou les réfuter demandera beaucoup d'attention et de sang froid, d'autant que rien n'est jamais limpide niveau explication... La tension s'accentuera toujours plus avec l'ajout de mini-jeux délirants et déconcertants, sans compter le mode "Panique" où tout le monde prend la parole en même temps ! En somme, les procès sont aussi passionnants qu'éprouvants ! La nouveauté de ce V3 est ici de pouvoir mentir en plein procès pour forcer la vérité à sortir : l'idée est bonne mais son exécution complexifie encore plus le déroulement d'un jugement qui n'en avait pas vraiment besoin.

Ce "Danganronpa V3" est donc très riche niveau gameplay et fait tout pour enrichir une recette déjà copieuse, au risque de rendre le tout indigeste et nébuleux par moment. La réalisation est également plus aboutie avec des illustrations de grande qualité, des menus flashy joliment agencés et des graphismes en 3D bien détaillés lors des phases d'exploration. Le nouvel opus de Spike Chunsoft vaut surtout pour le plaisir des retrouvailles avec Monokuma ainsi que pour la folie de son scénario et de ses mises en situations complètement barrées : un très bon Visual Novel, malgré des défauts inhérents au genre.
+
LES POINTS FORTS
LES POINTS FAIBLES
-
+ UNE ADAPTATION FRANÇAISE DE HAUTE VOLÉE...

+ ...QUI REND HOMMAGE À UN SCÉNARIO CAPTIVANT !

+ UNE BROCHETTE DE PERSONNAGES INOUBLIABLES

+ DES PROCÈS HALETANTS !
- PARFOIS TROP OBSCURE

- TROP BAVARD PAR MOMENT

- UN PROLOGUE MOU DU GENOU
  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire