Critique film
Publié le 12/09/2017 à 13h44 par Ciné Vor
Un Monde Entre Nous
7 /10

Gardner a été élevé sur la planète Mars en secret, auprès d'une équipe de scientifiques, après la mort de sa mère astronaute. Devenu adolescent, il voyage avec une jeune femme à travers les Etats-Unis, en quête d'un père qu'il n'a jamais connu.

Scénario prometteur, mais moyens financiers peu conséquents, forment ce petit film d'anticipation pour adolescents et environnement familiale. Idéal pour une après-midi détente, sans réflexion ni prise de tête.
Alors que le public visé est clairement jeune, j'étais en droit d'espérer un meilleur traitement, plus profond et intense. Les intentions paraissaient pourtant bonnes, malheureusement, nous assistons à notre grand regret, à un film moins ambitieux qu’il n’y paraît. Le résultat est sans surprises, un simple tee-movie romanesque ayant pour toile de fond : la conquête de mars.

Malgré le fait que ce soit un film de science-fiction à petites ambitions, il mérite tout de même, un petit coup d’½il, surtout pour les plus nostalgiques d’entre nous…
En effet, puisque, si ce film avait pu nous proposer un aspect plus scientifique et technologique, avec une intrigue vraiment plus creusée et mature, nous pouvons tout de même nous contenter de quelques petits points positifs et autres références au cinéma des années 80.
Personnellement, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à deux films SF culte, découvert dans ma jeunesse : "D.A.RY.L" pour ses scènes de poursuites, qui confrontent le gouvernement et un enfant (ici un ado), que les services de l'état souhaitent à tout prix intercepter. Puis, une autre référence, qui pourrait éventuellement avoir été une source d'inspiration, je pense au film "Starman" de John Carpenter, puisque la romance qui y est traitée, est une relation entre deux êtres, venus de mondes bien différents.

Malheureusement, et même si les comédiens sont très bons, Asa Butterfield ("Hugo Cabret"), Britt Robertson ("À la poursuite de demain") et Gary Oldman ("Léon") en particulier. Le résultat final semble plus que mitiger, et le constat sonne comme une fresque fictionnelle sympathique, mais trop gentille. Par moment incohérente l’½uvre tient pourtant en haleine et le spectateur assiste plus à un bon divertissement qu’à un grand film, mais pour le coup, il semble que s'en était l'objectif.
C'est donc, un divertissement mignon dont le final demeure des plus prévisibles, mais s’octroie malgré cela un sentiment de tendresse qui ne laisse pas insensible.

L’essentiel de mon admiration se concentre donc, sur le coté nostalgique, la photographie soignée, et le casting, j’avoue avoir été gentiment divertie, malgré de grosses faiblesses scénaristiques et budgétaires.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Note :
  /10
Code de vérification
:
0 commentaire
0 /10