Critique film
Publié le 11/07/2018 à 19h51 par Floriane
The Cured
6,5 /10

Des années après que l'Europe ait été ravagée par le virus Maze qui transforme les humains en monstres cannibales, un antidote est enfin trouvé. Sean Brown est hanté par ce qu'il a fait. Alors qu'il revient vivre chez sa belle-s½ur devenue veuve, la peur et la suspicion risquent de plonger de nouveau le monde dans le chaos.

Bien que le phénomène "The Walking Dead" s'effile au fil des saisons, l'engouement du public pour les zombies ne semble pas s'arrêter. Après " The Last Girl – Celle qui a tous les dons" l'an passé, "The Cured" creuse cette envie de montrer les zombies sous un angle nouveau.

Pour son premier film David Freyne a imaginé des zombies réformés, mais qui se souviennent de leurs actes sous l'emprise du virus. Avec cette idée de départ, le réalisateur-scénariste évoque les différents sentiments de culpabilité qu'amène cette situation et la difficile réinsertion dans la société de ces "traités". Car comme George A. Romero et bien d'autres auteurs du genre, Freyne a bien compris la métaphore politique du zombie. Dans "The Cured", on y voit clairement celle de l'immigration et du traitement des migrants par le gouvernement et la population qui n'y voient que des parasites dangereux pour leur confort personnel. Le propos qui résonne douloureusement avec l'actualité des réfugiés et autres minorités glace le sang. Le réalisateur glisse aussi à son récit une storyline sur les extrémistes dans le rang des "traités" qui nuance son discours, mais qui reste maladroit par moment.

Heureusement, Freyne a su écrire un personnage principal (Senan) ambigu et très bien interprété par Sam Keeley. Un personnage à la fois posé et rongé par la culpabilité, mais qui ne souhaite qu'une chose : retrouver un semblant de vie normale dans une société qui ne veut pas de lui. A ses côtés, le personnage d'Abbie (Ellen Page) apporte une sensibilité à l'histoire, mais reste trop effacé pour marquer.

Niveau esthétique, David Freyne puise dans ce qui a déjà été fait dans le genre zombifique (teintes froides, caméra à l'épaule, etc.). Simple, mais efficace.

"The Cured" est un film de genre plutôt réussi qui se démarque par son originalité scénaristique et son excellent casting.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire