Critique film
Publié le 05/10/2018 à 18h10 par Kévin Aubin
Rampage - Hors de Contrôle
7,5 /10

Primatologue de profession, David Okoye a plus de mal à nouer des liens avec ses semblables qu'avec les singes. Pas étonnant qu'il se soit pris d'affection pour George, adorable gorille d'une intelligence hors du commun, dont il s'occupe depuis sa naissance. Mais suite à une expérience génétique catastrophique, George se métamorphose en monstre incontrôlable. Et il n'est pas le seul puisque d'autres animaux se transforment en prédateurs enragés aux quatre coins du pays, détruisant tout sur leur passage. Okoye décide alors de travailler d'arrache-pied avec une généticienne pour mettre au point un antidote. Pourront-ils à temps empêcher la planète d'être ravagée ?

Brad Peyton est diplômé du Canadian Film Centre et se fait remarqué avec son court-métrage Evelyn : The Cutest Evil Dead. Il est notamment sélectionné au festival international du film de Toronto en 2002. Par la suite, il créé et produit la série télévisée What It's Like Being Alone remarquée au Canada. En 2012, il dirige pour la première fois son premier long avec Comme Chiens et Chats : La Revanche de Kitty Galore. Il tourne ensuite la suite de Voyage au centre de la terre dans lequel il met en scène Dwayne Johnson. Mais c'est en 2015 que le réalisateur signe son plus gros succès avec le film catastrophe San Andreas, mettant également en vedette The Rock.

En 2018, il revient avec l'adaptation du jeu d'arcade Rampage, Rampage - Hors de contrôle où il collabore pour la troisième fois avec l'acteur vedette Dwayne Johnson. Porter un jeu d'arcade de 1986 avec un concept de départ peu développé permet au réalisateur toutes les possibilités et de s'approprier ce concept. En résulte un film purement américain décérébré où le divertissement est de mise. En allant voir ce genre de film au cinéma on sait à quoi s'attendre et en étant bien conscient de cela alors le spectacle est garanti. Brad Peyton met les moyens pour offrir de l'entertainement pur jus avec des effets visuels à vous exploser la rétine et de l'action à n'en plus finir, le tout emballé dans une histoire qui tient plus ou moins la route. Mais qu'importe, même si l'histoire est bas de plafond et profile des enjeux déjà-vus voire inexistants, le spectateur prend son pied dans un film pop-corn à souhait. Il est vrai que l'on retrouve les ingrédients typiques du genre, qu'il n'y a rien de nouveau à l'horizon et que la surenchère de tout est parfois difficile à digérer. Les effets numériques trouvant leur limite, les personnages étant très caricaturaux et l'humour étant très second degrés. Qu'à cela ne tienne, le spectacle sur grand écran est au rendez-vous avec un rythme mené tambour battant pour combler un maximum les aficionados avares de grand-guignolesque.

Toute cette orgie cinématographique se ressent bien évidemment dans la réalisation. La mise en scène XXL ne fait pas dans la demi-mesure, les décors titanesques avec beaucoup de numérique font forte impression, la photographie joue sur les couleurs et là encore elle ne fait pas dans la dentelle et la bande-son aux tendances électroniques fait écho au jeu vidéo. Une réalisation taillée pour ce genre de film.

Dwayne Johnson alias The Rock est l'homme de toutes les situations. Plus une marque qu'une star, sa présence suffit à faire d'un film un succès et à déplacer les foules. Habitué depuis quelques temps à ce genre de rôle, le sauveur du monde aux gros bras, l'acteur fait ce qu'il sait faire et le fait bien. Il est vrai qu'il ne nous surprend plus mais qu'importe on l'aime quand même. Pour l'accompagner, on retrouve Naomie Harris que l'on prend plaisir à voir dans un blockbuster même si son talent d'actrice y est sous-exploité tant elle peut jouer des rôles beaucoup plus intéressants. Le reste du casting est composé d'acteurs plus ou moins connus du grand public qui ne servent que de faire-valoir à Dwayne Johnson puisque l'on ne voit que lui. Ces acteurs ont des rôles peu exploités voire inutiles notamment les méchants du film. Mention spéciale à Jeffrey Dean Morgan toujours aussi convaincant. N'oublions pas le trio d'animaux et surtout le gorille George qui malgré qu'il soit numérique est un personnage à part entière du film. Le spectateur se prend même d'affectation pour lui et il en vient parfois à voler la vedette à The Rock.

Pour sa nouvelle réalisation, Brad Peyton signe un blockbuster calibré dont le seul but est de divertir. Le divertissement est garanti et offre son lot de rebondissements et de spectaculaire. Un pop-corn movie décérébré qui satisfera les fans du genre.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire