Critique film
Publié le 12/02/2018 à 16h18 par Kévin Aubin
Le Petit Spirou
5 /10

Petit Spirou, comme toute sa famille avant lui, a un destin professionnel tout tracé. Quand sa mère lui annonce qu’il intègrera dès la rentrée prochaine l’école des grooms, Petit Spirou, avec l’aide de ses copains, va profiter de ses derniers jours de classe pour déclarer sa flamme à Suzette. Et pas n’importe comment. Ils décident de vivre une aventure extraordinaire.

Nicolas Bary commence à réaliser ses premiers courts-métrages au lycée et c'est en toute logique qu'il suit des études de cinéma à l'ESRA. Mais il abandonne ses études au profit d'un stage sur le tournage de Le Petit Poucet d'Olivier Dahan. Par la suite, il travaille en régie ou en tant que stagiaire à la mise en scène sur de nombreux longs-métrages. Il réalise également des spots publicitaires, pour Tabasco, Kinder et Total. En parallèle, il autoproduit ses deux premiers courts-métrages professionnels et réalise un troisième court avec l'appui du producteur Dimitri Rassam. C'est avec lui qu'il se lance dans son projet de long-métrage qu'il écrit et réalise avec Les Enfants de Timpelbach, adaptation du roman homonyme de Henry Winterfeld. Il cofonde en 2008 une société de production, Les Partenaires, et en 2013 il signe son second long avec Au bonheur des ogres, adaptation du roman homonyme de Daniel Pennac. Il continue toujours en parallèle de ses projets de réaliser des publicités et signe également des clips musicaux.

Il revient en 2017 avec une nouvelle adaptation mais cette fois-ci d'une bande dessinée à succès de Tome et Janry, Le Petit Spirou. Surfant sur la vague des adaptations de BD pour enfants, cette comédie gentillette pour toute la famille et surtout pour les jeunes enfants est loin de sortir du lot. Cette adaptation fait même pâle figure face aux autres adaptations du même genre. Le réalisateur offre un divertissement vite vu vite oublié qui manque d'originalité. Si le matériau d'origine est respecter dans les grandes lignes, c'est bien le seul point positif à souligner. Le reste étant un enchaînement de rebondissements sans saveur avec des situations déjà-vues dont le rythme fait du sur-place. L'histoire tient sur une ligne et il est donc difficile de voir dans le film quelque chose qui tienne un temps soit peu la route. L'humour bon enfant plaira aux plus jeunes, les dialogues convenus ne racontent pas grand-chose, la plupart des personnages est là que pour combler des scènes qui manquent d'intérêt, et seul notre petit héros s'en sort à peu près bien. En regardant ce film, on assiste à 1h20 de vide où les effets de surprise sont quasi-inexistants et c'est bien dommage. De la malice du héros à l'énergie enfantine de la BD, ce métrage n'en tire pas profit et tombe à plat.

Malgré cela, Nicolas Bary est plutôt habile derrière la caméra. La mise en scène bien que facile offre quelques moments mignonets bien amenés, les décors sont quant à eux bien réussis, la photographie colorée apporte cette ambiance légère et candide de l'enfance et la bande-son colle bien à l'univers du film. On va dire que pour ce genre de film c'est ce à quoi on peut s'attendre en terme de réalisation.

Pour camper notre héros en culotte, c'est le jeune Sacha Pinault qui mène le film tout de son long. Pour son premier rôle au cinéma il s'en sort plutôt bien et apporte la fraîcheur et l'innocence de l'enfance qu'il faut pour le film. Pour l'accompagner, on retrouve d'autres jeunes acteurs et surtout des acteurs français bien connus du grand public. Ces adultes servent de faire-valoir pour notre héros et viennent rythmer les quelques scènes où ils apparaissent juste comme il faut.

Pour sa nouvelle réalisation, Nicolas Bary signe une adaptation de Le Petit Spirou mièvre et sans grande saveur qui ne fera pas date dans les adaptations de BD portée à l'écran. Seul le casting rehausse un peu l'ensemble mais cela ne suffit malheureusement pas à faire de ce film un divertissement de qualité.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire