Critique film
Publié le 30/05/2018 à 12h59 par Kévin Aubin
Hostiles
10 /10

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple. Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

Scott Cooper démarre une carrière de comédien à la fois sur le petit et le grand écran. Il enchaîne les petits rôles dans plusieurs films et Robert Duvall devient même son mentor dans la profession. En 2009, il passe pour la première fois derrière la caméra et réalise son premier long-métrage, Crazy Heart, et y signe également son premier scénario. Le film est un succès critique et remporte de nombreux prix dont l'Oscar du Meilleur Acteur pour Jeff Bridges. Mettant de côté sa carrière d'acteur, Cooper se concentre sur l'écriture et la réalisation. Il met en scène deux autres films, Les Brasiers de la colère et Strictly Criminal avec deux grandes têtes d'affiche, Christian Bale et Johnny Depp.

En 2018, il revient avec Hostiles pour lequel il convie à nouveau Christian dans un western moderne. S'approprier un genre pour ainsi dire inhérent au cinéma en le renouvelant n'est pas une mince affaire et pourtant Scott Cooper s'y attaque avec brio. En évitant de s'enliser dans els carcans et les codes habituels du western, le réalisateur s'approprie le genre en y apportant sa vision, moderne. Il sonde ainsi l'âme humaine à travers différents personnages qu'il met en exergues et qu'il confrontent. Non pas dans un bain de sang mais au cours d'une longue traversée tel un pèlerinage et ce qui sera pour certains une rédemption. Car c'est bien de cela que parle le film, du pardon et comment l'obtenir malgré les horreurs et les erreurs commises par le passé voire encore aujourd'hui. Ainsi, le spectateur apprend à connaître surtout ces hommes mais aussi ces femmes, ce qui les animent, et comment vont-ils apprendre à se connaître, faire un bout de chemin ensemble bien malgré eux. Une réflexion sur l'homme menée avec intelligence tant physique que psychologique où les dialogues sont réduits au minimum pour laisser place à l'observation des corps en action. Un film presque métaphysique sur la nature humaine passant de moments forts et intenses à des moments plus intimes et calmes comme pour montrer la fracture existante entre le bien et le mal qui s'insinue dans chaque être humain. Un équilibre qui parfois vacille comme nous le montre ce métrage dans une approche des relations humaines qui valent bien des discours. Tout cela étant décrit avec une lenteur apparente. A la fois terrible et emprunt d'une grande humanité, un chef d'œuvre instantané.

Scott Cooper révèle toute l'étendue de son talent en magnifiant son film. La mise en scène est virtuose et de façon épurée aspire à des élans de grande fresque historique, les décors subjuguent par leur réalisme saisissant et d'une beauté à couper le souffle, la photographie à la lumière naturelle renforce cette sensation authentique qui transparaît tout le long du film et la bande-son vit au gré du film avec maestria. Une réalisation d'une très grande qualité.

Pour porter le film, Scott Cooper réunit deux grands acteurs à l'écran. Christian Bale revient avec l'un de ses plus beaux rôles et sûrement l'un des plus personnels de sa carrière. Son interprétation est magistrale et quasi mutique où seule sa présence suffit en dire long sur le respect qu'il impose. Rosamund Pike est elle aussi impériale et prouve qu'elle a tout d'une très grande actrice. Il serait tant de lui offrir plus de rôles comme celui-ci où son talent est indéniable. Le film compte une multitude de seconds rôles tous exceptionnels où chacun fait preuve d'une grande retenue dans son jeu pour laisser transparaître uniquement l'humain dans ce qu'il a de plus élémentaire. Une belle composition d'acteurs qui fait indubitablement la grande force du métrage.

Pour sa nouvelle réalisation, Scott Cooper signe un western moderne hors du commun. Un film profond, véritable réflexion sur l'homme emprunt d'une grande humanité. Le tout servi par des acteurs époustouflants, Christian Bale et Rosamund Pike en tête. Un chef d'œuvre du genre à ne manquer sous aucun prétexte.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire