Critique film
Publié le 14/08/2018 à 16h01 par Grégory
Bagdad Café
8,5 /10

Après une scène de ménage Jasmin atterrit au Bagdad Café, motel minable entre DisneyLand et Las Vegas. La patronne, Brenda, Noire tapageuse et insatisfaite, règne sur tout un petit monde de routiers et de personnages énigmatiques. Peu à peu, Jasmin se fait apprécier de tous et remet même le café à flot grâce à 'Magic', une boite de magie avec laquelle elle monte des tours assistée de Brenda. Entre les deux femmes va naître une solide amitié.

Qui ne se souvient pas de cette fameuse, et même mythique, musique chantée par Jevetta Steele intitulée "Calling You" ? C'est en 1987 qu'on la découvre dans la bande originale du long métrage "Bagdad Café" du cinéaste allemand Percy Adlon. Malgré des acteurs et un réalisateur peu connus (excepté peut être des cinéphiles), le film débarque au cinéma en 1988 dans les salles françaises et le succès est alors au rendez-vous enregistrant ainsi le huitième plus gros score de l'année avec 2,3 millions de spectateurs. Un véritable phénomène qui se répandra sur toute l'Europe jusqu’à obtenir le César du meilleur film étranger l'année suivante. Comment expliqué un tel engouement ?

Et bien, "Bagdad Café" possède des caractéristiques propres qui ont indéniablement séduit les spectateurs de l'époque avec tout d'abord un scénario bien loin des stéréotypes de l'"American Way of Life" que l'on a l'habitude de voir dans les films américains avec une marginalisation de certaines populations, comme les noirs ou les étrangers, rejetées par le système américain. Une volonté assumée du réalisateur de casser l'image de l'Amérique parfaite. Ensuite, l'ambiance avec une photographie particulièrement soignée, un étalonnage subtilement travaillé et une abondance de filtres pour nous offrir une atmosphère atypique, chaleureuse et voluptueuse. Nous avons également la profondeur psychologique et l'évolution des personnages. En effet, au départ, certains personnages accumulent les clichés et sont renfermés dans des rôles plus ou moins caricaturés puis, fort heureusement, au fur et à mesure que les personnages prennent le temps de se connaître et d'interagir entre eux, leurs relations et leurs caractères évoluent pour nous proposer de toutes nouvelles personnes bien moins banales. N'oublions pas aussi la bande originale captivante de Bob Telson et la fameuse musique "Calling You" chantée par Jevetta Steele.

Pour le casting, on notera les excellentes interprétations de Marianne Sägebrecht ("Astérix et Obélix contre César"...) et CCH Pounder ("Warehouse 13"...) qui forment un duo du tonnerre. Toutes deux nous livrent une prestation magistrale.

Bref, avec une histoire originale, une atmosphère chaleureuse, une musique envoûtante et des personnages hauts en couleurs, "Bagdad Café" reste et restera un grand classique du cinéma.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Code de vérification
:
0 commentaire