Critique film
Publié le 14/06/2017 à 12h34 par Julien
American Pastoral
6,5 /10

L'Amérique des années 60. Autrefois champion de sport de son lycée, Seymour Levov, dit "le Suédois", est devenu un riche homme d'affaires marié à Dawn, ancienne reine de beauté. Mais les bouleversements sociopolitiques de l'époque font bientôt irruption dans la vie bourgeoise, en apparence idyllique, de Seymour. Lorsque sa fille adorée, Merry, disparaît après avoir été accusée d'acte terroriste, il part à sa recherche pour que sa famille soit de nouveau unie. Profondément ébranlé par ce qu'il découvre, il doit affronter le chaos qui secoue la société américaine et jette les bases d'un nouveau monde. La vie de famille ne sera plus jamais la même...

Pour sa première réalisation, l'acteur américain Ewan McGregor ("Star Wars, la prélogie"), adapte sur grand écran un monument de la littérature contemporaine "Pastorale américaine" écrit par Philip Roth.
Le film raconte la vie de Seymour "Swede" Levov, homme d'affaires juif américain de Newark (New Jersey) et ancienne vedette sportive du lycée de Zuckerman, dont la vie bourgeoise heureuse et sans heurt est confrontée aux tourments politiques et sociaux des États-Unis des années 1960.

Il faut dire que l'acteur réalisateur d'origine écossaise n'a pas fait dans la simplicité pour débuter sa carrière dans la mise en scène.
Même si le scénario reste un peu convenu, le film tient la route et nous propulse dans un pays sous les coups de la guerre du Vietnam et des conflits interraciaux avec un intérêt incertain.
Le film manque d'intensité dans ses propos et son histoire nous est compté avec un brin de légèreté.
En revanche, le film aborde de nombreux thèmes dont la surprotection, la folie, l'aveuglement qui a le mérite de donner un avantage scénaristique non négligeant au métrage.

Les acteurs, là encore, donne un certain souffle aux métrages. On notera les excellentes prestations de Jennifer Connelly ("Noé") et Dakota Fanning ("Twilight"). En revanche l'acteur principal Ewan McGregor manque de charisme pour un personnage aussi envoûtant que le suédois.

Bref l'adaptation cinématographique de "Pastorale américaine" par Ewan McGregor reste classique dans son genre mais sa première réalisation reste assez fidèle à l'oeuvre originale.

  VOUS AIMEREZ AUSSI :
  COMMENTAIRES :
Prénom :
Mail :
Votre mail ne sera pas publié  
Note :
  /10
Code de vérification
:
0 commentaire
0 /10